Une cité dans les Andes...

Publié le par Yaël

Il y a à peu près un an de cela, j'ai vu par hasard un documentaire passionnant (dont je ne me souviens d'ailleurs pas du titre) sur Planète. Les archéologues s'interrogeaient sur ce qui avait poussé les hommes à se rassembler dans de les grandes cités qui avaient se développer la civilisations (les grandes cités d'Egypte et du croissant fertile notamment).
Une des principales thèses étaient que les guerres incessantes avaient provoqué la création de ces cités : les hommes s'unissant pour s'en protéger.

Mais en 2001, la découverte de la plus ancienne cité d'Amérique du Sud a totalement remis en question cette hypothèse. Situé à 180 km au nord de Lima, le site de Caral renferme les vestiges d'une civilisation ayant prospéré entre le 3000 et 1800 avant J.C. (contemporaine des pyramides d'Egypte).

Les recherches laissent entendre que la ville elle-même abritait 3000 personnes mais cette civilisation s'étendant sur 17 sites dans la vallée de Supe, on évalue la population à 20 000 âmes.
Dans ces ruines, les chercheurs n'ont décelé aucune poterie, la cité étant antérieure à l'âge de la céramique sur le continent américain par contre, ils ont trouvé de nombreux canaux d'irrigation et des vestiges d'un culte religieux et des instruments de musique. Rien ne laisse supposer que cette cité ait connu l'esclavage ni les sacrifices humains. Mais plus troublant encore, cette cité ne possédait aucun mur de fortification ni rien qui puisse laisser supposer qu'elle ait connu la guerre.

Ainsi une civilisation prospère aurait vécu pendant plus de mille ans sans connaître la guerre. Cette découverte bouleverse l'idée préconçue selon laquelle l'humanité se serait massacrée depuis la nuit des temps. La guerre n'est donc pas dans la nature de l'homme.

Quand j'ai vu ce documentaire, j'ai été émue aux larmes. Cela confirmait ce que je ressentais depuis que j'avais vu pour la première fois le regard de mon fils. L'humanité n'est pas intrinséquement mauvaise ou destructrice. Nous sommes dénaturés depuis des millénaires mais un autre monde est possible. Un monde sans guerre a existé pendant plus de mille ans dans les Andes... à nous de le reconstruire aujourd'hui.



Pour en savoir plus sur les ruines de Caral : Un article en anglais de Philip Coppens

Publié dans Réflexions éparses

Commenter cet article

olivier tazé 15/05/2010 18:01



Bonjour


Je viens de voir votre billet sur votre blog et je suis à la recherche du documentaire que j'ai vu comme vous.


L'avez vous? Connaissez vous son nom?


Cordialement